Découvrir la nature en famille Des activités ludiques à deux pas de chez vous

LO&WA AD-Illus

Un joli caillou, une fleur aux couleurs écla­tantes : la nature est le plus beau terrain de jeu au monde. Où que vous soyez, l’aventure n’est jamais bien loin, et les activités à réaliser en famille ne manquent pas : herbiers et fleurs pressées, mangeoire pour écureuils, peinture sur pierres… Autant d’idées simples qui permettent aux enfants de s’amuser tout en découvrant la beauté de la nature qui les entoure.

abenteuerhandbuch_1-2021_comic_s8_header

Sur le terrain Un garde-manger pour les écureuils

Vous avez sans doute déjà observé un écureuil en train de traverser un jardin ou un parc, à la recherche de nour­riture. Malheu­reu­sement pour ces petits rongeurs, celle-ci vient parfois à manquer : il va donc sans dire que, quelle que soit la saison, ils appré­cieront un petit coup de pouce. Nous allons vous montrer comment construire une mangeoire en quelques étapes. Pour plus de simplicité, vous pouvez vous procurer un kit de montage comprenant des pièces prédé­coupées : les instructions ci-dessous ont été fournies par Vivara, un fabricant de produits de jardin pour la protection de la vie sauvage. Bien entendu, vous pouvez également découper les éléments vous-même dans une planche de bois.

Idée « coup de pouce » :

En été, les écureuils appré­cieront également une petite coupelle d’eau pour étancher leur soif.

Il vous faut :

  • une mangeoire pour écureuils en kit, disponible sur vivara.fr

  • un marteau

  • un tournevis

  • des noix et des noisettes avec coques

  • des graines de tournesol

  • des graines de courge

  • des raisins secs

  1. Fixation de la cloison arrière à la partie infé­rieure
    Commencez par clouer la cloison arrière au sol de la mangeoire.

  2. Mise en place des cloisons latérales
    Vous pouvez ensuite visser les deux cloisons latérales et la petite traverse qui les relie. Attention à orienter les cloisons dans le bon sens : la partie avant de la mangeoire doit être moins haute que la partie arrière, pour permettre à la pluie de s’écouler. La rainure découpée dans le bois doit être située à l’avant de la mangeoire et dirigée vers l’in­térieur : elle servira à introduire la vitre à l’étape suivante.

  3. Mise en place de la vitre en plexiglas
    À présent, vous n’avez qu’à glisser la vitre de plexiglas dans la fente en l’in­tro­duisant par le haut.

  4. Mise en place du toit
    Il ne reste plus qu’à mettre en place le toit de la mangeoire : la charnière permet de le fixer sur la cloison arrière. Placez la charnière sur le toit et la cloison arrière, et marquez la position des vis avec un crayon avant de les fixer.

  5. C’est terminé !
    Il ne reste plus qu’à remplir la mangeoire de nour­riture pour les écureuils, et à trouver l’em­pla­cement idéal pour l’ac­crocher.

2021_jakobwerth_lo-wa-collectingleaves

Sur le terrain Jeu d’as­so­ciation !

Pour les enfants, une marche en forêt est une véritable aventure : il y a tant de fleurs, de buissons et de plantes à découvrir ! Ici et là, des feuilles de toutes les couleurs, des pommes de pin, des glands, et… tiens ! Comment s’appelle l’arbre auquel appartient cette magnifique feuille à cinq lobes ? Toute la famille peut tenter de répondre à cette question. Ramassez des feuilles pendant votre promenade, et rassemblez-les dans un album une fois de retour à la maison. L’objectif est d’obtenir un assor­timent aussi varié que possible. Une fois les enfants installés à une table, proposez-leur de trouver l’arbre corres­pondant à chaque feuille. Après cet exercice d’as­so­ciation, vous pouvez presser les feuilles dans un livre et les coller dans un petit livret (un cahier d’écolier suffit, ou même quelques feuilles de papier reliées les unes aux autres). Si vous n’avez pas la patience ou l’envie de presser les feuilles, vous pouvez simplement proposer aux enfants d’en tracer les contours, et d’inscrire le nom de l’arbre sur leur dessin.

  • Abenteuerhandbuch_01-2021

    Érable

  • Abenteuerhandbuch_01-2021

    Bouleau

  • Abenteuerhandbuch_01-2021

    Hêtre

  • Abenteuerhandbuch_01-2021

    Chêne

  • Abenteuerhandbuch_01-2021

    Frêne

  • Abenteuerhandbuch_01-2021

    Aulne

  • Abenteuerhandbuch_01-2021

    Tilleul

  • Abenteuerhandbuch_01-2021

    Aubépine

2021_jakobwerth_lo-wa-paintstones

Sur le terrain Un hobby très tendance

Lors de votre dernière promenade, vous avez peut-être remarqué de jolies pierres colorées déposées au bord d’un sentier ? Depuis quelques mois, ce nouveau jeu fait fureur, pour la plus grande joie des promeneurs et des cyclistes. Le principe est simple : partager une activité ludique et pleine de bonne humeur ! Ici, pas de motif imposé. Chaque artiste est libre de peindre ce qui lui plait, et vous ne trouverez jamais deux pierres semblables. Le jeu n’est pas réservé aux enfants : n’hésitez pas à réaliser votre propre création, que vous pourrez ensuite utiliser pour décorer votre jardin ou une chambre d’enfant. Pour participer, rien de plus facile. Pendant votre prochaine sortie, ramassez quelques jolies pierres. Les galets sont géné­ra­lement tout indiqués, car ils sont plus faciles à peindre et conservent mieux leurs couleurs. Vous les trouverez sur les bords des lacs et des rivières. Une fois de retour à la maison, sortez le matériel de peinture, et encouragez toute la famille à faire preuve de créa­tivité : la peinture au doigt est toujours amusante, mais vous pouvez également utiliser de l’acrylique ou des marqueurs permanents. Attention, ces deux derniers ne sont pas solubles dans l’eau, et donc difficiles à détacher sur un vêtement tâché. Certains artistes préfèrent recouvrir les pierres de morceaux de papier coloré, de papier mousse, de laine ou d’em­ballages en carton… Bref, laissez libre cours à votre imagi­nation !

2021_jakobwerth_lo-wa-pickingflowers

Sur le terrain Comment créer un herbier ?

Rouge, jaune, bleu, blanc… Au printemps ou en été, la nature offre aux visiteurs un véritable florilège de couleurs. Dans une prairie sauvage ou au bout du jardin, vous n’aurez sans doute pas de difficulté à trouver des fleurs pour votre herbier. Si vous souhaitez en conserver quelques-unes (par exemple pour décorer une chambre d’enfant), il suffit de les presser pour éviter qu’elles ne flétrissent. Pour cela, rien de plus simple ! Lors de votre prochaine promenade, ramassez quelques jolies fleurs et ramenez-les chez vous. Trouvez un livre bien épais, placez les fleurs dans une feuille de papier pliée en deux, et insérez le tout entre les pages du livre. Pour terminer, vous pouvez éven­tuel­lement recouvrir le livre d’un ou deux autres gros volumes pour rajouter du poids. Il ne vous reste plus qu’à laisser l’en­semble reposer pendant environ 5 jours. Une fois les fleurs bien sèches et aplaties, vous pouvez les retirer du livre avec précaution, et les coller sur une feuille de papier blanc ou les encadrer pour décorer une chambre.

Conseil écolo : les prairies sont des écosystèmes indis­pen­sables pour la survie d’in­sectes comme les abeilles ou les papillons, et contribuent à préserver la biodi­versité. Si cela est possible, l’idéal est de semer un petit bout de prairie dans votre jardin : des mélanges de graines adaptés se trouvent faci­lement en jardinerie.

  • Abenteuerhandbuch_01-2021

    La marguerite
    La marguerite est très facile à recon­naître : elle se distingue par un cœur jaune bordé de longs pétales de couleur blanche. Ceux-ci sont en réalité de petites fleurs qui imitent la forme d’un pétale simple : on les appelle les « fleurons ligulés ». Une marguerite compte entre 7 et 43 fleurons ligulés. Le centre jaune de la fleur est lui-même composé de près de 400 minuscules fleurons dits « tubu­laires ». La marguerite se propage souvent en masse et mesure entre 30 et 60 cm de haut.
    Autrefois surnommée la « fleur oracle », on dit qu’il suffit de l’ef­feuiller pour obtenir la réponse à une question – la formule la plus connue étant bien évidemment « il/elle m’aime, un peu, beaucoup, passion­nément, à la folie, pas du tout… »

  • Abenteuerhandbuch_01-2021

    Le pissenlit
    Le pissenlit est une plante herbacée vivace parti­cu­liè­rement répandue. Ses « pétales » jaunes sont en réalité des fleurons répartis en corolle, et sa tige creuse contient une sève de couleur blan­châtre. La plante est également surnommée « dent-de-lion » à cause de la forme acérée de ses feuilles qui rappellent les crocs d’un fauve. Chacun de ces fleurons se transforme en akène à aigrettes, qui se laisse faci­lement trans­porter par le vent. L’en­semble des akènes forment une boule blanche et pelu­cheuse, sur laquelle nous prenons tous plaisir à souffler.

  • Abenteuerhandbuch_01-2021

    Le trèfle des prés
    Également appelé « trèfle violet », le trèfle des prés pousse dans les prairies et les pâturages, sur le bord des sentiers et sur les talus. C’est la première variété de trèfle à avoir été cultivée comme plante four­ragère. Une tige comprend géné­ra­lement deux têtes (ou « capitules ») qui fleu­rissent l’une après l’autre. Leur couleur peut varier du rouge profond au rose.

  • Abenteuerhandbuch_01-2021

    Le coquelicot
    Le coquelicot est une plante magnifique à la couleur éclatante. Ses fleurs comptent géné­ra­lement quatre grands pétales rouge vif. Ses feuilles et sa tige sont hérissées de petits poils saillants, et contiennent une sève laiteuse. Celle-ci est légè­rement toxique, et ne doit en aucun cas être consommée. La fleur du coquelicot contient des graines de couleur brune. Une fois sèches, elles sont faci­lement dissé­minées par le vent.

  • Abenteuerhandbuch_01-2021

    La sauge des prés
    La sauge des prés est une plante qui ne passe pas inaperçue en raison de ses fleurs d’un violet profond. Si vous prenez le temps de la regarder de plus près, vous verrez que les fleurs rappellent une bouche ouverte. La sauge des prés pousse prin­ci­pa­lement dans les prairies enso­leillées ou en bordure des sentiers.
    Une fois séchée, la fleur conserve toute sa beauté et possède également des propriétés médi­cinales : elle peut notamment être utilisée dans la prépa­ration d’un gargarisme pour soigner les maux de gorge.

  • Abenteuerhandbuch_01-2021

    Le bouton d’or
    Le bouton d’or est également connu sous le nom de « renoncule âcre ». La plante est composée de petites fleurs d’un jaune brillant aux jolis reflets dorés – d’où son nom. Attention : cette plante étant légè­rement toxique, elle n’est évidemment pas comestible. Même le bétail de pâturage a tendance à l’éviter. En revanche, sa toxicité disparaît lorsque les fleurs sont séchées : dans ce cas, les animaux n’en font qu’une bouchée.