Photo avec la ROCKET,

LOWA CLIMBING Team Emma Lorenz

Un chan­gement radical

En 2013, Emma Lorenz ne se doute pas qu’une décision appa­remment anodine est sur le point de changer son existence pour toujours. À l’époque, elle est âgée de 12 ans et cherche à découvrir une nouvelle activité ; elle accompagne donc sa mère à un cours de sport – plus préci­sément, un cours d’es­calade. Au moment où Emma enfile ses chaussures et se suspend au mur pour la première fois, elle pose les jalons d’une carrière excep­tionnelle. Un an plus tard, Emma rejoint l’équipe féminine junior en catégorie C et remporte la première place lors de la NRW-Overall-Cup. Ce succès sera le premier d’une longue série : en 2015, elle arrive en quatrième place lors la première compé­tition d’es­calade sur bloc « NRW-Landes­meis­ter­schaft Bouldern » chez les femmes Junior en catégorie B ; au deuxième tour, en juin 2015, Emma gravit même les dernières marches du podium. L’année suivante, elle prend place deux fois sur le podium du DAV-Kader Rheinland-Köln, et réalise les meilleures perfor­mances d’Al­lemagne de l’ouest au clas­sement général. Elle démarre l’année 2017 avec une troisième place à l’Offene NRW-Meis­ter­schaft Bouldern, juste derrière sa partenaire d’en­traî­nement Luisa Flohé, également membre de l’équipe LOWA CLIMBING.

Quelques chiffres et données

Date de naissance:
18.03.2001
Lieu de naissance:
Düsseldorf
Pays d’origine:
Dormagen
Métier:
Lycéenne
Site d’es­calade favori:
Jura français, Sardaigne, Tenerife
Hausberg:
Eifel
Taille:
1,73 m
Poids:
60 kg

Emma Lorenz,
Quel est votre meilleur souvenir d’es­calade ?

« Je conserve une multitude de petites images en tête. Toutefois, il y a un souvenir qui m’a plus marqué que les autres : c’était en Sicile, à la fin de l’année 2019, pour le Nouvel An. Depuis un site d’es­calade, on pouvait contempler toute la ville, la vue était à couper le souffle. Les voies étaient splendides, beaucoup de colon­nettes… J’ai apprécié chaque seconde de l’as­cension. Le 31 décembre, nous n’étions pas encore redes­cendus de la paroi que certains habitants commençaient déjà à fêter la nouvelle année. Nous avons eu la chance de pouvoir admirer le spectacle d’en haut, notamment le tirage du feu d’ar­tifice.

Par ailleurs, je suis parti­cu­liè­rement fière d’avoir réussi à me qualifier à toutes les compé­titions alle­mandes d’es­calade de bloc ces trois dernières années. Le cham­pionnat de Berlin fut un très bon moment. »

Avez-vous un conseil pour les grimpeurs en herbe ?

« Tester un maximum de mouvements différents. C’est comme cela que l’on apprend à connaître une grande variété de prises et que l’on enrichit réel­lement son répertoire. Faire de l’es­calade en groupe est aussi un bon exercice car chacun grimpe diffé­remment. On peut beaucoup apprendre les uns des autres : c’est l’oc­casion, par exemple, d’échanger des betas ou d’as­similer certains réflexes que l’on n’aurait peut-être jamais acquis en pratiquant l’es­calade seul. En plus, c’est vraiment très amusant. »

Photo avec la ROCKET,

Comment vous est venue votre passion pour les sports de montagne et pourquoi avez-vous décidé de suivre cette voie profes­sionnelle ?

« À 13 ans, je souhaitais découvrir quelque chose de nouveau. J’en avais assez de la danse et de la gymnastique. J’ai découvert l’es­calade grâce à ma mère : autrefois, elle avait parcouru de nombreuses voies du massif du Fran­kenjura. Là-dessus, nous nous sommes donc rendues pour la première fois dans une salle d’es­calade. Après quelques essais, je ne voulais plus m’arrêter. Peu à peu, j’ai commencé à prendre part à mes premières compé­titions. Je me rappelle la fois où je me suis inscrite à une compé­tition nationale dans la catégorie junior sur Internet. Je n’en avais même pas parlé à ma mère et je n’avais aucune idée de la façon dont les événements se dérou­le­raient ! C’était le début de mon aventure. L’es­calade présente bien des facettes : c’est ce qui fait que j’aime cette discipline par-dessus tout. Il y a toujours plusieurs betas pour une voie de bloc ou de grimpe en tête. Trouver des solutions par mes propres moyens est un défi qui me stimule énor­mément.

En outre, je ne connais rien de meilleur que de partir faire de l’es­calade entre amis et de passer une merveilleuse journée en plein air. »

Qu’est-ce que le bonheur selon vous ?

« En un mot : l’es­calade. Par exemple, lorsqu’après en avoir longtemps rêvé, je réalise enfin mon projet ou lorsque j’ai pu donner le meilleur de moi-même et me faire plaisir durant une compé­tition.

Je suis également heureuse de savoir que ma famille et mes amis vont bien. Enfin, après avoir subi quelques blessures, je me suis rendu compte que le bonheur, c’est aussi d’être moi-même en bonne santé. »